Le Joli Wax du marché Déjean

Le marché Dejean est ouvert tous les jours sauf le dimanche après-midi et le lundi. 

Quand on descend au métro Château Rouge en laissant derrière soi le boulevard Barbès pour se diriger vers la rue Poulet et le marché Dejean, les guides et blogs vous promettent un dépaysement absolu. Ce quartier, écrivent-ils, est quelque chose à part, une sorte de « mini-Afrique » (https://www.justacote.com/paris-75018/marche/marche-dejean-2497794.ht

En m’y rendant, j’imaginais donc un quartier spécial, isolé du reste de la ville. Rien ne distingue pourtant l’atmosphère de la rue Poulet où nous entrons, de l’atmosphère des rues voisines et les dames qui y promènent leurs bébés sont seulement plus nombreuses que celles qu’on croise dans mon quartier. Les coiffeurs afro et les boutiques de produits de beauté pour les peaux noires se retrouvent ailleurs dans l’Est de Paris, les magasins de téléphones sont partout.

Dans la rue Déjean (qui n’a que 70 mètres de long), les poissons, la viande, les fruits et légumes ne sont pas plus exotiques que dans les boutiques de la rue d’Avron, ou au marché d’Aligre. Manioc, gombos, piments, bananes plantain sont aussi chers d’ailleurs et, décidément les bouchers halal et leurs gros tas de viande ne m’attirent pas du tout.

Fruits et légumes au marché Déjean

Comme le marché n’a pas la magnificence exotique que j’imaginais, mon esprit désireux de découvrir un quartier à part m’oblige à m’intéresser à  des particularités moins évidentes. Grâce à Brigitte Rasolaina qui a mené des enquêtes à Déjean, je sais qu’est rassemblée dans ce petit espace une précieuse collection de langues à commencer par le lingala, qui sert de langue véhiculaire. Mais il faudrait savoir écouter, échanger, et les langues qui circulent me restent inaccessibles.

Pour entrer dans le quartier, il faudrait surtout comme dans chaque quartier de Paris, nouer des connaissances avec les commerçants, s’intéresser aux qualités des gens. Quand j’ai demandé comment préparer les plantes que je voyais dans une cagette, le vendeur d’herbes pourtant inoccupé, m’a expédiée à la va-vite: « C’est comme des épinards », et il a cessé de se préoccuper de moi. Les commerçants de mon marché discutent recettes quand ils ont le temps. A vrai dire ils discutent de tout et de rien, du temps qu’il fait, de leurs gros et petits ennuis, des manies des clients, des difficultés qu’ils rencontrent pour recruter des jeunes capables de rendre la monnaie, ou des jeunes qui veulent bien se lever à 4 heures du matin par tous les temps, …  Mais alors, on ne cherche plus à trouver des signes pittoresques. On va au marché, c’est tout.

Le quartier Déjean m’est resté ainsi inassimilable. J’ai vu la pauvreté au lieu de la féérie équatoriale que je croyais trouver.

Cependant rue Poulet, il y a la boutique de tissus wax que je cherche. Cela fait longtemps que j’aime les vêtements africains, leurs alliances de couleur vibrantes, roses de verroterie, mariés à des soleils orange et jaune, lignes crénelées noires et blanches cernées par des feuilles, cœurs d’hibiscus entremêlés…

A présent, c’est ma provinciale de fille qui se plaît à marier le wax (pour l’essentiel fabriqué en Hollande) et les tissus plus classiques, et qui m’envoie  chercher des coupons soldés.

La vitrine de Wax Joli Afrique suffit à illuminer la rue et le commerçant nous aide à dénicher des coupons sans donner l’impression que nos achats modestes lui font perdre son temps (Cela change des rugueux échanges avec les vendeuses du Marché Saint Pierre et de Reine, longtemps des hauts lieux du tissu bon marché, qui, en augmentant leurs prix, ont perdu leur attrait pour des couturières d’occasion).

Wax Joli Afrique, 30 rue Poulet

Brigitte Rasoloniaina, 2012, Le marché Dejean du XVIIIème arrondissement de Paris, Paris, L’Harmattan.

4 réflexions sur “Le Joli Wax du marché Déjean

  1. J’ai souri en lisant « Le quartier Déjean m’est resté ainsi inassimilable. J’ai vu la pauvreté au lieu de la féérie équatoriale que je croyais trouver. » j’ai souri non pas par dédain de celui qui voudrait prendre de la hauteur parce qu’il a trainer ses guêtres dans tant de pays africains non pas du tout ! mais par similitude avec mes propres réactions aux passages de ses quartiers qui -somme toute- sont / paraissent moins pauvres que les marchés indigènes d’Afrique.
    Il y manque peut-être la bonne humeur et le bruit, les cris qu’on a là-bas.
    A bientôt pour une prochaine belle visite ! Merci.

    J’aime

    • Merci pour ce joli message. Ce qui m’est arrivé au marché Déjean, m’est arrivé parfois, quand j’avais trop d’attente à la suite d’une lecture ou d’une photo . Inversement, j’ai vu des amis s’étonner de mon enthousiasme : « C’est ça, ton village merveilleux ! » parce qu’ils le voyaient sans y adjoindre le souvenir des heures heureuses que j’y avais passées.

      J’aime

    • Ce qui est joli aussi dans cette histoire de wax, c’est qu’elle est un bon exemple de la stupidité du thème de « l’appropriation culturelle ». La technique vient de Java, les Hollandais l’industrialisent ; les motifs, je crois du moins, sont principalement africains. L’ensemble plaît suffisamment aux Africains pour qu’on y voit un symbole de l’Afrique… Vel exemple de métissage !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.