Balthazar, le mage noir

Nous venons de visiter l’exposition consacrée par le Louvre à Albrecht Altdorfer, un des maîtres de la Renaissance allemande.

Albrecht Altdorfer. Exposition au musée du Louvre

Dans le même temps,  je lis le livre de Nicolas Bancel, Le Postcolonialisme, et je tombe sur la page 53 qui évoque, d’après des auteurs postcoloniaux d’Amérique latine, les processus de racialisation qui ont fait des corps africains des corps « Autres ». Ces auteurs lient les conceptions qui visaient surtout à exclure ceux qui n’étaient pas catholiques avec des récits et une iconographie sur les Africains qui « élaborent de nombreux jeux morphologiques utilisant la monstruosité et l’hybridation ». Nicolas Bancel renvoie à G. Boëtsch et J. Thomas dont on peut lire un article sur internet, plus nuancé. Évidemment, le format restreint d’un Que Sais-Je oblige à faire des choix, mais il est dommage que l’auteur n’ait pas trouvé la place d’évoquer la tradition du mage noir, bien établie à partir du 15e siècle. Comme souvent, l’histoire est complexe et les représentations des Africains n’ont pas été constamment dégradantes.

L’Évangile de Matthieu rapporte, sans préciser leur nombre, que des mages, prévenus par l’apparition d’une étoile nouvelle, sont venus d’Orient adorer l’enfant Jésus dans sa crèche. Ces sages incarnent le renversement  des valeurs propre à la nouvelle religion : des puissants rendent hommage à un petit enfant misérable dans lequel ils reconnaissent Dieu. Le symbole est d’autant plus puissant que la révélation divine a touché des non-Juifs, et leur origine lointaine renvoie à la vocation universelle du christianisme. Peu à peu la tradition se précise. Les noms de Melchior, Gaspard et Balthazar apparaissent pour la première fois dans un manuscrit du 6e siècle intitulé Excerpta Latina Barbari, sous les formes « Bithisarea, Melichior, Gathaspa ». (J. Poucet 2015). A partir de la fin du 6e siècle, le thème de l’Adoration des Mages devient populaire dans toute l’Europe peut-être grâce à un écrit (dont l’attribution est cependant douteuse) du moine anglais, Bède le Vénérable.

« Mystiquement, les trois Mages symbolisent les trois parties du monde, l’Asie, l’Afrique, l’Europe, c’est-à-dire l’ensemble du genre humain, qui descend des trois fils de Noé » (Pseudo-Bède, In Matthaei Evangelium Expositio, P.L., t. 92, 1862, col. 13).

 Les sages reçoivent alors des caractéristiques physiques :

« Le premier des Mages s’appelait Melchior, c’était un vieillard à cheveux blancs, à la longue barbe. Il offrit l’or au Seigneur comme à son roi, l’or signifiant la Royauté du Christ.

Le second, nommé Gaspard, jeune, sans barbe, rouge de couleur, offrit à Jésus, dans l’encens, l’hommage à sa Divinité.

Le troisième, au visage noir, portant toute sa barbe, s’appelait Balthazar ; la myrrhe qui était entre ses mains rappelait que le Fils devait mourir ». (En effet, la myrrhe servait à l’embaumement des corps.)

Par la suite, on a hésité un peu sur les prénoms. Au 20e siècle, Daniel Arasse et Michel Tournier ont considéré que c’était Gaspard qui était le mage noir… Qu’importe. Un roi à peau noire participe au récit divin.

Les Rois mages représentés sur les fresques et les tableaux, ont cependant conservé une carnation blanche à peu près jusqu’en 1416, quand, dans les Très riches heures du duc de Ber, un cortège noir fait son apparition (encore faut-il noter que le roi est toujours blanc) .

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Folio_51v_-_The_Meeting_of_the_Magi.jpg?uselang=fr

C’est d’abord dans les enluminures que s’impose pourtant le thème du roi venu d’Afrique. Aurelio Principato m’a signalé une exposition au Getty Center Museum qui a eu lieu en 2019-2020 et qui rassemblait surtout des manuscrits enluminés du 15e siècle. On trouve quelques-unes des œuvres exposées aux adresses : https://www.getty.edu/visit/cal/events/ev_2644.html; voir aussi http://www.alaintruong.com/archives/2019/11/20/37803699.html

La figure du mage noir  se répand chez les peintres, d’abord dans les Flandres puis en Italie, régulièrement associée à la jeunesse, à la beauté et au luxe. Le premier peintre à avoir représenté un Balthazar de type africain semble être le Gandois Hugo van der Goes, dans son retable dit de Monforte, daté de 1468-70.

Panneau central de l’Adoration des Mages.The_Adoration_of_the_Magi_triptych_by_Hugo_van_der_Goes,_Hermitage (1468-1470)

Quelques années plus tard, le roi de Memling est un adolescent au port de tête élégant, qui entre dans l’étable vêtu d’un bel habit vert et blanc rehaussé d’or.

Memling. 1479. Balthazar. Détail

La tradition semble s’installer de peindre Balthazar comme le plus jeune des rois, qui se tient un peu à l’écart.

Vers la même période, les Italiens eux aussi représentent des Balthazar africains. C’est le cas du triptyque de Mantegna (1460-1470?) conservé aux Offices de Florence.

Mantegna. Triptyque des Offices. Détail (1460-1470)

Mantegna reprendra ce thème en resserrant le cadrage autour des visages

Mantegna (1495-1500)

Ces représentations restent populaires pendant tout le 16e siècle :

En 1504, le tableau de Dürer présente une disposition qui contraste le bâtiment ruiné (l’ancien monde juif, voué à disparaître) et le luxe des habits de cour. Le roi noir vient, comme souvent, en dernier, la beauté de sa jeunesse s’opposant au caractère décrépit du mage agenouillé.

Dürer. L’Adoration des mages. Offices de Florence. 1504

 Dürer a directement inspiré Altdorfer (vers 1530) qui lui emprunte le motif des ruines sur fond desquelles se détachent les figures de la nouvelle foi.

A cette époque, les Portugais ont entamé des relations commerciales avec l’Afrique et achètent des esclaves noirs comme ils achèteraient d’autres marchandises. Cette chosification coexiste avec cependant les représentations de superbes rois noirs. Mireille Perche a récemment permis d’attribuer au peintre portugais Gregorio Lopez une Adoration des mages retrouvée dans une église d’Ardèche avec un roi au visage éthiopien.

Je mentionnerai aussi le roi noir du tableau de Bruegel (1564), conservé à la National Gallery de Londres parce que Daniel Arasse a fait une description réjouissante (et érudite) de ce tableau. Il s’est intéressé à l’antithèse entre les vieux mages caricaturaux et Balthazar, à la haute et noble silhouette, celui explique-t-il, qui nous aide à comprendre le thème du tableau : le mystère de l’incarnation.

Je ne détaille pas son interprétation, mais note, qu’incidemment, Daniel Arasse rapproche la popularité du motif du roi noir et la situation géopolitique de la chrétienté :

 « En prenant Constantinople en 1456, les Turcs ont coupé la route de Jérusalem par le nord, et, pour espérer accéder au centre (spirituel et, alors, géographique) du monde, il faut contourner l’obstacle et passer par le sud. On voit alors se réactiver le mythe ancien de ce royaume chrétien situé en Afrique, au sud de l’Egypte, d’une richesse immense, habité par des noirs et gouverné par un mystérieux Prêtre Jean. »

Le thème des rois noir serait donc inséparable du choc causé par les triomphes géopolitiques des musulmans. Face à Soliman 2  le Magnifique qui règne sur la moitié de l’Europe et l’ensemble du Proche-Orient à l’exception du Maroc, il est consolant de rêver d’une Afrique noire chrétienne.

Quoi qu’il en soit, la série des mages noir continue au 17e siècle avec par exemple Rubens qui peint au moins dix versions de l’adoration au cours de sa vie.

Rubens, Adoration des mages. WGA20248.jpg
Rubens (et atelier). Adoration des Mages de Bruxelles

Ses beaux portraits préparatoires montrent montrent qu’on n’a pas attendu la fin du système esclavagiste pour s’intéresser de façon réaliste au visage individualisé d’un modèle africain :

Musée Royaux des Beaux-Arts de Bruxelles

Au 18ème siècle, alors que le système esclavagiste triomphe, la thématique est moins exploitée. Elle persiste cependant dans certains tableaux. Voici une adoration espagnole :

Adoración_de_los_Reyes_Magos,de_Pablo_Esquert(Museo_de_Zaragoza)

Ou bien au musée de Tours, l’interprétation de Pierre Subleyras :

Pierre Subleyras. Musée de Tours vers 1716-1718

et voici celle de Joseph ou Jacques Christophe en 1720 que l’on peut voir à Dôle :

Et au musée des Beaux-Arts de Caen, celle de Nicolas Vleughels (1735)

Nicolas Vleughels. Adoration des Mages, 1735.

Bref ! Avant et pendant le développement de la traite européenne, a existé ce genre pictural auquel ont participé les peintres les plus connus de leur temps (sans doute à la demande de riches commanditaires, églises, couvents ou particuliers). Des Noirs ont été montrés comme des personnages puissants, beaux et d’allure très digne.

Cette tradition qui affirme l’appartenance des noirs à l’humanité commune a longtemps persisté, y compris pendant la période sombre où de nombreuses représentations de serviteurs et d’esclaves mettaient en scène la domination des blancs sur les noirs.

L’histoire des représentations est moins compacte ou linéaire qu’on semble le croire de nos jours.

Brève bibliographie

Daniel Arasse, « Un œil noir », On n’y voit rien. Descriptions, Essais folio. Paris, Denoël.

https://www.bnf.fr/fr/la-figure-du-noir-dans-lart-occidental-representation-imaginaire-et-reappropriation-bibliographie

G. Boëtsch et J. Thomas, « « Le corps de l’’Autre’. Les représentations des Africains et Amérindiens », p.31- 43, chac.com/sexe-et-colonies/open_source/article-1-le-corps-de-l-autre-les-representations-des-africains-et-amerindiens-issu-de-la-partie-1-discours-fantasmes-et-imaginaires-de-louvrage-sex/).

Madeleine Félix, Le Livre des Rois Mages, Paris, Desclée de Brouwer, 2000.

Paul H. D. Kaplan, 1985, The Rise of the Black Magus in Western Art . Series: Studies in the Fine Arts; Iconography, number 9 Ann Arbor, Mich.: UMI Research.

Anne Lafont, 2013, « La représentation des Noirs : quel chantier pour l’histoire de l’art ? » Perspectives, https://journals.openedition.org/perspective/1854?lang=en

Paragone, l’image des noirs dans l’art occidental (partie 1) https://paragone.hypotheses.org/4694

Mireille Perche, L’Adoration des mages de Gregorio Antonio Lopez, http://legrandatelier.canalblog.com/archives/2011/10/21/22423434.html

Jacques Poucet 2015, « L’Évangile selon Jean d’Outremeuse (XIVe s.) Autour de la Naissance du Christ (Myreur, I, p. 307-347 passim). Commentaire. Chapitre VIII : Les Rois Mages, http://bcs.fltr.ucl.ac.be/FE/30/NAISS2/04.Mages.htm#2Nom (consulté en octobre 2020)

Richard C. Trexler, 2009, Le voyage des mages à travers l’histoire, Paris (1re éd., Princeton, 1997)

8 réflexions sur “Balthazar, le mage noir

  1. Chère Madame
    merci de ce bel article. A votre bibliographie je rajouterai, si vous me le permettez les quatre tomes de l’Image du Noir dans l’art occidental parus à la bibliothèque des Arts en 1979, en trois tomes, dont le second sur l’art médiéval était dirigé par Jean Devisse entre autres auteurs.
    Merci pour votre blog que je lis toujours avec grand plaisir!
    Marie Paule (amie de Bertrand Dreyfuss)

    J’aime

  2. Merci beaucoup. Ma bibliographie est scandaleuse. Ce sont quelques sources internet pour temps de semi-confinement. Je ne vais plus à la bibliothèque depuis la fermeture du printemps, mais un vaccin finira bien par arriver ! (Pourquoi pas un café un de ces jours ?)

    J’aime

    • Chère Myriam Panigel,

      Merci pour la référence au Modèle Noir. J’avais bien aimé le regroupement des oeuvres, même je me suis perdue parfois dans la logique proposée par les commissaires (beaucoup d’œuvres ne relevaient pas de la thématique dumodèle noir, dans cette exposition loin de là).
      Plusieurs choses cependant m’ont gênée dans l’exposition, et d’abord (je retrouve là le thème de mon petit article sur les rois Mages…) le cadrage temporel donnait l’impression que l’Occident a réduit longtemps la représentation des noirs aux esclaves et aux domestiques. Les commissaires savaient pourtant sûrement que bien qu’avant le 17e, et même en même temps, d’autres représentations valorisantes des noirs existaient. Inversement, que faire de la tradition orientaliste des femmes blanches réduites en esclavage. Je viens de voir à Rennes aux musée des Beaux Arts, une toile (une de plus) signée Louis Devedeux et datée de 1867 environ. Une esclave blanche, nue, va être achetée par des personnages enturbannés . L’esclave blanche est bien un fantasme érotique tout aussi représenté que le corps noir) et tout le monde a en tête le Bain turc.
      Et puis, cette histoire de nom ou prénom retrouvés m’énerve encore davantage car l’opposition blanc/noir qui sert de filigrane à cette exposition bien pensante tient encore moins bien. Le visiteur qui vient à Orsay ne sait sans doute pas qui se cache derrière le nom d’Olympia et les titres « Femme à la toilette », « Liseuse… » sont aussi courants que « Portrait de Mme X », femme du commanditaire du-dit portrait.

      J’aime

  3. Toujours très contente de lire vos billets. Quant au Mage noir, mais pas seulement lui, alors que l’iconographie de l’arrivée des Mages devant la grotte et l’Enfant Jésus est absolument abondante, le retour des Mages à leurs pays après avoir honoré la divinité est sans aucun doute bien moins représenté. Toutefois, à Bologne, Basilique de San Petronio, chapelle des Mages, nos trois héros rentrent bien chez eux. Et comment la fresque de Giovanni da Modena (1412 environ) nous propose-t-elle ce retour après la belle illustration des Mages devant la Sainte Famille? Les Mages s’en vont dans des nacelles, bien du monde s’affaire pour leur départ.
    Comme quoi, arriver c’est bien, mais repartir aussi!
    Bonne santé, bon courage à tous, et merci de ce blog qui nous réunit
    mariagrazia

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.