Au Coscione (Corse-du-Sud)

Le Cuscione ou Coscione est un vieux plateau, étonnamment vallonneux au milieu de tous les sommets tourmentés de l’île. On parcourt difficilement les 12 kilomètres de montée depuis Quenza : la route est de moins en moins carrossable et il vaut mieux posséder un quatre-quatre pour venir sans dommage à bout des nids de poule.

Vers 1500 mètres, on accède à ces vastes étendues couvertes de plantes épineuses et parsemées de blocs de granite.

Plateau du Cuscione
Plateau du Cuscione

Une sorte de maison du parc a été édifiée là. Elle est sans doute peu utilisée, peut-être davantage en hiver pour accueillir des amateurs de ski de fond. Deux gardes s’ennuient un peu et voudraient bien nous raconter ce qu’on verra sur le domaine. Il y en a un qui m’explique la différence entre l’aigle royal que j’ai vu tourner pendant la route et le milan royal à la queue fourchue qu’on rencontre  aussi souvent.

Il nous recommande de suivre le Sentier de l’Eau qui suit un ruisseau avant d’arriver aux pozzines (de pozzi, puits). Il s’agit de sortes de trous d’eau que relient des filets d’eau souterrains qui se creusent à la fonte des neiges. L’eau glisse, invisible, entre les trous, mais on la voit tout à coup sortir de terre entre deux mottes de terre en glougloutant.

ruisseau au Coscione
Ruisseau au Cuscione

Au fur et à mesure que l’été avance les plus petites de ces vasques d’eau sèchent au soleil et des plantes les remplissent avec une hâte merveilleuse puisque tout recommence l’hiver suivant.

Le Coscione est le royaume des aconits, aussi belles que dangereuses : on en extrait un poison qui paralyse la respiration, affole le rythme cardiaque et conduit souvent à la mort.

Champ d’aconits

Quelques bergers emmènent leurs troupeaux sur ce haut plateau où l’herbe reste verte près des ruisseaux. Des porcs, parfois des vaches y passent l’été en liberté. On y trouve aussi des chevaux, les uns utilisés pour les touristes, d’autres redevenus sauvages dont on ne sait plus à qui ils appartiennent.

Cuscione. Les chevaux sauvages

Aujourd’hui, la beauté ascétique du plateau n’est pas menaçante, mais un cousin de mon mari m’a décrit le Coscione enveloppé de brouillard ou recouvert de neige. Même quand il fait beau, le pays est rude car il n’y a presque pas d’arbres et le soleil tape dur.

Les fromages de Monsieur Ansaloni

Un peu avant le refuge, deux bergeries. On se présente. On vient pour des fromages. On ne veut pas déranger. Monsieur Ansaloni, berger et fromager se réjouit. Avec le Covid toutes les foires ont été annulées. 300 kilos de fromage sont restés en plan. Alors heureusement que les touristes s’arrêtent ! (Cette année malgré les quelques inscriptions dénonçant les Français qui empoisonnent le peuple corse avec la Covid, j’ai plutôt entendu exprimer un soulagement : merci les continentaux qui ne nous ont pas abandonnés).

La salle à vivre n’a rien de pauvre. Aucun bibelot, mais on y trouve une grande table, une télévision, un canapé sur lequel un garçonnet d’une douzaine d’années est assis.

̶  On a entendu des sonnailles dans le fond du plateau, mais sans rien voir.

̶  Ce sont mes brebis que vous avez entendues. J’en ai 300. Ça ne m’étonne pas que vous n’arriviez pas à les distinguer au milieu des cailloux. Même moi, j’ai du mal. Avant, on mettait quelques chèvres noires pour les repérer… Quand même, je les vois à la jumelle parce qu’elles bougent… Pour les récupérer, je prends la jument que vous avez vue faire la sieste dans la cour.

̶     Nous, notre plaisir, c’est d’aller tout doucement sur le plateau et de rester toute la journée loin de la côte où l’on est un peu entassés.

 ̶     Oui, oui, mais moi, c’est pour le travail. Alors, je peux pas m’asseoir au bord du ruisseau à regarder les aigles et les milans.

̶   Et vous restez là tout le temps ?

̶   Non, je monte pour l’estive. En hiver, c’est plein de neige. D’ailleurs, il y a dix jours, il faisait encore froid. J’ai fait du feu dans la cheminée.

Avant dit le berger, j’étais agriculteur, mais je suis tombé dans le métier.

Il est âgé et le métier est rude. Il faut surveiller les brebis, les traire, faire le fromage. Est-il ici pour l’air et le calme ou parce que l’exploitation en principe tenue par le fils battait de l’aile en raison d’une gestion approximative ? Je me souviens d’un reportage de Corse Matin paru en 2018 sur ce fils Ansaloni. Il avait voulu organiser l’amuntana, une transhumance à l’ancienne depuis Quenza au lieu de recourir au transport par bétaillère. Il avait contacté le ban et l’arrière-ban des cavaliers venus de toute la Corse pour accompagner l’estive, au moins 50 personnes, copains, bergers de Zonza et d’Aullène, curieux, et même un abbé pour bénir le troupeau. De chien, il n’y en avait pas. Les bergers corses n’ont pas besoin de patous dans les hauteurs où l’on ne rencontre ni meute errante de chiens sauvages, ni loups, et dans les collines basses, les bêtes sont parquées. Malgré l’allure majestueuse des cavaliers, la conduite des troupeaux n’était pas leur fort. Aucun ne savait les canaliser : les brebis ont filé dans le parc du château et brouté toutes les roses, puis elles se sont engouffrées dans les jardins dont les grilles étaient restées ouvertes… C’est miracle qu’elles se soient finalement engouffrées sur le chemin pour une montée de 4 heures dans une chaleur torride. Le village a beaucoup ri, mais il n’a plus été question de transhumance à l’ancienne. (https://www.corsematin.com/articles/la-transhumance-a-quenza-une-histoire-de-villages-85063)

 Le jeune garçon assis sur le canapé nous demande de photographier ses poignets : « C’est pour ma mère. Je suis tombé et mon grand-père se débrouille mal avec le portable. »

Il est tombé d’une moto en partant au pèlerinage de Bavella : une truie lui a foncé dessus et l’a déséquilibré.

Je croyais qu’il voulait apitoyer sa mère et j’essayais de photographier un doigt blessé enveloppé dans une poupée, mais je me trompais. Le garçon voulait rassurer sa famille pour rester avec son grand-père sans redescendre pour faire une radio. A présent, je vois que toute sa cuisse a été éraflée.

̶  Un peu d’eau oxygénée, dit le grand-père, ça va suffire pour la jambe. Vous savez, il a toujours envie de monter. Il reprendra peut-être après moi.

Ainsi se poursuit la vie pastorale. Ce n’est plus la vie des ancêtres. Elle suppose des bétaillères, des foires à touristes, une télévision, des camions qui vous approvisionnent, mais la solitude et la beauté sont là.

Quand nous redescendons, nous ne savons plus qui se contente de peu et qui profite des vrais richesses du monde, ce berger des hautes-terres ou nous qui repartons vers la plaine.

5 réflexions sur “Au Coscione (Corse-du-Sud)

  1. Sur le plateau de Coscione, on se sent un peu comme sur le toit du monde!
    Ce paysage de pierre rend d’autant plus magique le Sentier de l’Eau.
    Les pozzines, ces résurgences d’eau au milieu d’une étendue minérale offrent un contraste particulièrement saisissant.
    Miracle d’une eau préservée sous la roche.
    Les hauts plateaux de l’Aubrac donnent un sentiment semblable de dépouillement et d’élévation en plein ciel.

    J’aime

  2. En ce qui me concerne, Coscione me gêne. Il me semble depuis l’enfance avoir toujours entendu Cuscionu. Mais peut-être ai-je simplement en tête la chanson qu’on me chantait enfant :
    Nei monti di Cuscionu
    Vi nasci una zitedra
    E la só cara mammona
    li feci la nannaredra.
    Mais je vois bien que l’on trouve sur « L’incollable de l’accueil touristique de la Région de
    Porto-Vecchio Sud Corse » plateau du Cuscionu en concurrence avec plateau du Coscione.
    Par exemple :
    Randonnée sur le plateau du Coscione depuis Quenza, Corse.
    « A 1550m d’altitude, vous aurez une vue à 360° sur le plateau du Cuscionu… »

    Antoine Mattei, spécialiste de gynécologie obstétrique, professeur à la Faculté de médecine de Paris, dans son ouvrage « Proverbes, locutions et maximes de la Corse » qu’il adresse en 1867 en hommage au Prince Louis-Lucien Bonaparte, cousin de Napoléon III, spécialiste reconnu de la langue et des dialectes basques ; constate déjà ces variations entre dialecte septentrional et dialecte méridional : entre a et e (andate vs andetti), entre e et i (perchè vs parchí) , entre e et u (fucone vs
    fuconu) et dit « il ne faut pas s’étonner qu’on trouve si souvent l’u latin à la place de l’o toscan » dans la langue populaire du Midi. De fait à l’époque la langue n’est pas grammaticalisée. Il est donc normal qu’elle soit surdéterminée par l’usage du toscan là où les autorités étaient très présentes.

    Cette situation est ancienne . Sur le site Cuciurpula.fr (le portail de la proto histoire corse et tyrrhénienne) on trouve un post nommé
    Le temps du Seigneur : La toponymie de la possession.
    Le Cuscionu : Casteddu, Pianu, Chjosu et Vigna di Rinucciu.
    Quinze ans aprés la mort de Rinucciu, en 1526, l’Office de Saint Georges confirme la rétrocession de la dot de Serena, fille de Rinucciu, à ses héritiers et en premier lieu : « …le clos et terres situés au lieu dit Coscione, dénommés le clos de Rinuccio, borné par des terrains de Quenza… »
    Le livre Voceri, chants populaires de la Corse, que publie en 1845 ce botaniste au nom si joliment surréaliste, Antoine Laurent Apollinaire Fée, va plus loin. La berceuse citée plus haut est donnée, comme le dit l’auteur, dans le « dialecte de la province du Coscione » :
    Nelli monti di Cuscioni
    v’era natu una zitédra
    e la só cara mammóni
    li facea l’annannarédra…
    On voit bien que pour la nécessité de la rime cuscionu devient cuscioni et mammona mammóni!

    Bref j’ai le sentiment que dans une situation de dialectes populaires parlés sur des aires différenciées, l’introduction de la notion de norme polynomique permet la subsomption du dialecte septentrional en langue corse et me plonge dans une nostalgie sans retour.

    Dès lors modulons comme on peut « les soupirs de la sainte et les cris de la fée »

    Aimé par 1 personne

  3. Oui, j’ai eu le tort d’opter pour la forme « officielle », par exemple celle qui figure sur le site de Zicavo. Malgré les efforts des Corses pour donner un statut équivalent aux différences locales (ce que Jean-Baptiste Marcellesi défendait sous le nom de langue polynomique) on voit bien que Bastia et Corte imposent leurs normes de prononciation. On ne peut pas incriminer le jacobinisme français dans ce cas. Peut-être le fait que jusqu’au 19e siècle, c’est l’italien qui joue le rôle de langue écrite, ce qui favorise évidemment les formes toscanes… Il faudrait sans doute revenir à ce que disent les bergers (à condition qu’ils soient du lieu. Est-ce toujours le cas aujourd’hui ?)

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.