Hôtel de la Marine : les arts du luxe au 18e siècle

(2 place de la Concorde, 8e. Tlj. 10h30-19h ; le ven. 10h30-22h.)

La rentrée est encore plombée par l’interminable succession des vagues épidémiques. Tous ceux qui vivent de culture retiennent leur souffle. Les concerts seront-ils annulés ? Les auditeurs reviendront-ils ? Les musées redeviendront-ils accessibles ? Les amateurs inassouvis, mais inquiets, se demandent s’ils doivent prendre le risque de renouveler des abonnements ou s’enfermer en attendant la nouvelle vague.

Et pourtant un autre univers s’est ouvert pendant quelques heures passées à l’Hôtel de la Marine et les soucis du présent se sont effacés. La restauration des appartements du 18eme siècle est d’une somptuosité et d’une méticulosité rarement atteintes. J’ai beau savoir que ce monde (profondément inégalitaire) va s’écrouler quelques années plus tard, et que dans ce même palais, sera signé en 1793 le procès-verbal d’exécution de Marie Antoinette, l’atmosphère fin de l’Ancien Régime, miraculeusement reconstituée, a dissipé découragement et incertitude le temps d’une visite.

L’histoire du palais

A l’origine de l’Hôtel de la Marine, il y a la Ville de Paris qui décide en 1748 de dresser une statue équestre à la gloire du roi. L’œuvre est confiée au sculpteur Edme Bouchardon.

Bouchardon. Statue équestre de Louis XV. Coll. photographique de Paul Vitry

A la statue, il faut un écrin : ce sera un vaste terrain à l’ouest du jardin des Tuileries. L’emplacement, à la limite du Paris d’alors, appartient au Roi, ce qui permet de limiter les frais d’expropriations ; il paraît idéal puisque la place constituera un  trait d’union entre le jardin des Tuileries et les Champs-Elysées.

Ange-Jacques Gabriel, premier architecte du roi, imagine une vaste esplanade ouverte, au sud, sur la Seine (le pont de la Concorde n’existe pas encore). Au nord, deux grandes façades de part et d’autre de la rue Royale menant à la Madeleine, habillent la place. Décision rare, l’architecte décide qu’aucun autre bâtiment ne doit la fermer. Elle doit rester ouverte vers la Seine, bordée uniquement par des pelouses et des fossés à l’Est et à l’Ouest. Les places royales sont d’habitude encadrées par des immeubles emblématiques du pouvoir. Ici, l’on a deux palais qui au départ étaient sans destination et l’interdiction d’installer d’autres bâtiments. L’ espace n’est pas délimité. Il reste vide.

Le palais situé le plus à l’ouest accueille aujourd’hui l’Hôtel Crillon et le siège de l’Automobile Club de France. Dans le palais de l’Est, on décide en 1765, d’installer le Garde-Meuble royal. Cette institution, ancêtre du Mobilier National, avait pour fonction d’acheter et d’entretenir le mobilier du roi : lits, chaises, tables… linge de maison, armes et bijoux de la monarchie.   (voir pour aujourd’hui passagedutemps.wordpress.com/2019/09/27/ateliers-et-reserves-du-mobilier-national-le-mobilier-des-grands-de-ce-monde/). Deux intendants, Pierre-Elisabeth de Fontanieu et Marc-Antoine Thierry de Ville d’Avray vont occuper ce palais pendant 25 ans et l’aménager en fonction des besoins du Garde-Meuble, avec des appartements de fonction, des zones de stockage, des galeries d’exposition…. Car à partir de 1776, les visiteurs pouvaient admirer ces collections royales, tous les mardis entre avril et novembre, ce qui permettait de faire connaître le savoir-faire des artisans français.

L‘Hôtel de la Marine depuis la Fontaine des fleuves édifiée sous Louis Philippe

Sous la Révolution, la statue équestre de Louis XV est détruite. L’état-major de la Marine s’installe dans l’hôtel en 1798 pour y rester jusqu’en 2015  (avec quelques années d’interruption pendant la dernière guerre quand l’état major de la marine allemande investit les lieux). En 2015, le Ministère de la Marine rejoint le Ministère de la défense à Balard. Que faire du palais ? L’offre de l’émir Hamad bin Abdullah qui a financé les deux-tiers de la restauration a été retenue. Paris a été ainsi doté d’un musée supplémentaire et l’émir, l’un des grands collectionneurs au monde, a obtenu le droit d’exposer ses collections durant vingt ans dans l’ancienne Galerie des Tapisseries, 400 m2. Les opposants au projet ont fait observer en vain que le Qatar était  déjà propriétaire de grands complexes hôteliers (Royal-Monceau, Grand Hôtel…) et d’hôtels particuliers de la Place Vendôme à l’Île Saint-Louis). L’émir a obtenu le droit d’organiser deux fois par an une exposition temporaire dans un bâtiment de quatre cents mètres carrés.

Recréation du passé

Le palais a été traité comme un tableau de maître sous la direction de Delphine Christophe, conservatrice générale du patrimoine, de Christophe Bottineau, l’architecte en chef des monuments historiques, et de deux décorateurs privés, Michel Charrière et Joseph Achkar : il s’agissait d’ôter les couches de peinture ajoutées au cours des ans afin de rétablir l’image originelle On a l’habitude à présent de tels travaux effectués sur des peintures, mais c’est tout un bâtiment qui a été traité comme un tableau : en retirant jusqu’à dix-huit couches de peinture accumulées au fil des ans, « nous avons pu retrouver celle d’origine, qui était protégée par un vernis » ». (https://www.forumfr.com/sujet930958-au-c%C5%93ur-de-paris-l%E2%80%99h%C3%B4tel-de-la-marine-retrouve-ses-couleurs-du-xviiie-si%C3%A8cle.html)

Le cabinet de travail de Marc-Antoine Thierry de Ville-d’Avray. Le parquet est une marqueterie de sycomore, amarante et acajou avec des effets de relief remarquables
Le cabinet de travail de Marc-Antoine Thierry de Ville-d’Avray. Bureau à cylindre de Riesener. Le parquet est une marqueterie de sycomore, amarante et acajou

Les tapisseries du salon de jeux viennent d’une autre pièce et ont été encadrées par une bordure provenant du même atelier et permettant d’ajuster tapisseries et murs.

Le reste est art de la mise en scène : les tables de jeu ont encore des jetons et des cartes qui ont l’air d’être restées là après une partie

L’illusion est particulièrement forte dans la salle à manger. Près de la table qui n’est pas encore desservie, on découvre, les restes factices d’un déjeuner d’huîtres. On peut rester longtemps à admirer les broderies florales des soies peintes sur le mur, les frais bouquets enrubannés avec leurs festons noués ou déroulés.

Salle à manger. Détail des tentures

On voit les lits à baldaquins, la salle de bains (les bains étaient si « fatigants » que des lits de repos permettaient de se remettre d’une petite faiblesse)

La salle de bains. A droite, un lit de repos

Le premier intendant du Garde-Meuble de la Couronne, Pierre-Elisabeth de Fontanieu, était célibataire et libertin. Pour ses plaisirs, il fit aménager un cabinet de miroirs jouxtant sa chambre à coucher avec des miroirs décorés de personnes très dénudées. L’épouse du second intendant, Marc-Antoine Thierry de Ville d’Avray se hâta de faire transformer certaines divinités en chérubins et de dissimuler un peu la nudité des femmes.

Hôtel de la marine. Le Cabinet des glaces. Détail

Pierre-Elisabeth de Fontanieu, disposait également de son cabinet de physique, dans lequel il aimait créer des pierres semi-précieuses.

Après ce sont les salles d’apparat du 19e et les souvenirs d’histoire, notamment le bureau où a été préparé par Schœlcher l’acte d’abolition de l’esclavage.

Le confident

On ne conçoit plus de visites aux musées sans explication. Un audio-guide a été imaginé, qui n’est pas « savant », et qui est pourtant plein de détails car le public ne veut pas seulement qu’on lui dise que le palais a 12 000 m2  et qu’il a été construit entre 1758 et 1774. Il veut qu’on excite son imagination, il veut regarder par le trou de la serrure la vie des occupants du palais. C’est ce que les muséographes ont fait. Ils ont mis à la disposition des visiteurs un casque baptisé « Confident » qui «se déclenche automatiquement à l’endroit où l’on est, et laisse la parole à des personnages qui jouent des scènes de la vie du lieu ou évoquent des faits marquants de l’histoire du palais. » Au son du Confident, nous avons fait le Grand tour prévu pour 1h30, mais qui peut durer au gré des haltes du visiteur. Une Fanchon et un valet courent dans les pièces pour nous faire voir comment  les « petites gens » faisaient fonctionner les appartements de l’intendant du Garde-meuble.

La visite se poursuit par la loggia, avec vue sur la place de la Concorde. J’ai l’impression de comprendre tout à coup ce qui est fascinant dans cet ensemble : la place est si grande qu’elle a encore l’air vide (peut-être le Covid, qui l’a débarrassée des cars et des embouteillages, accentue l’impression d’un espace démesuré). Aujourd’hui, les contrastes de lumière transforment le sol en une immense plage éblouissante ponctuée de statues et de lampadaires noirs.

Place la Concorde depuis la loggia de l’Hôtel de la Marine

Fin de la visite

Bien sûr que c’était très beau ces dorures, ces lustres à pendeloques, ces meubles d’ébénistes parisiens, ces pendules, ces décors fastueux ou gracieux, mais je pensais à l’église de Carbini sertie dans un grand cercle de montagnes, à la simplicité de son plan réduit à l’essentiel, au visage schématique du modillon, au sculpteur qui n’avait même pas eu besoin de tracer une bouche pour représenter l’humanité éternelle. (https://passagedutemps.wordpress.com/2021/08/28/leglise-romane-de-carbini/)

Et puis, j’ai aussi ressenti une gêne à visiter un nouveau musée dans le cœur de Paris, qui n’a même plus besoin de construire puisque l’Etat ne trouve pas d’autre usage pour ses bâtiments les plus symboliques. Je m’inquiète de la rupture entre les générations de Parisiens qui occupaient des fonctions centrales dans cette grande ville et la génération actuelle qui n’a d’autre vie proposée, que le tourisme pour un public mondialisé. Est-ce que les Français sont déjà sortis de l’histoire ? Est-ce que l’ancienne énergie d’un peuple a cédé la place à la quiétude de propriétaires qui louent leurs appartements à des vacanciers tout en s’inquiétant vaguement des dégâts que commettront un jour des émeutiers de banlieue.

https://www.hotel-de-la-marine.paris/L-Hotel-de-la-Marine/Les-dates-cles#

7 réflexions sur “Hôtel de la Marine : les arts du luxe au 18e siècle

  1. Sans attendre les émeutiers de banlieue, l’hôtel de la Marine est déjà un rescapé des incendies de la Commune de Paris.
    Transformé en hôpital de campagne ordre, pourtant, avait été donné de le faire sauter.
    Ce n’est pas le souci de préserver un chef d’œuvre de l’architecture et des arts decoratifs qui a ajourné la mise à feu mais la difficulté d’évacuer les blessés et l’abandon du général en place.
    ( Le Brasier de Nicolas Chaudun)

    J’aime

    • Il faudra que je pense à lire ce roman… C’est toujours troublant de constater combien d’efforts un peuple peut faire en temps de paix pour conserver le passé, qu’une foule furieuse détruit sans état d’âme quand les temps sont troublés.
      Sonia

      J’aime

  2. J’ai visite cette speldide renovation comme si je rendais visite a des amis du passe, qui venaient juste de quitter leur domicile. Un peu de patiience, ils vont revenir. Installons nous dans ce fauteuil et terminons le jeu en cours.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.