L’exposition russe de Vuitton

En France, la hantise du militarisme était telle que nous ne célébrions plus que les victimes et que les héros paraissaient suspects… Le patriotisme était dénoncé comme nationalisme. Nous avions oublié que l’Histoire n’était pas seulement l’histoire des rapports de force entre un gouvernement et des gilets jaunes, mais aussi, hélas, celle plus tragique des relations entre peuples qui prend la forme de la guerre. Des amis russes me rappelaient régulièrement que leur pays avait perdu 26 millions de citoyens, soldats et civils, dans la lutte contre le nazisme. Ils me faisaient la leçon puisque la France avait fort peu résisté. Effarés, consternés, ils se retrouvent aujourd’hui dans le rôle de l’envahisseur qui incarne le mal. Poutine a beau tordre les mots et prétendre qu’il dénazifie l’Ukraine les crimes de l’armée russe sont largement documentés. En Russie, comme en exil, mes amis portent le poids des actes barbares de leur pays.

Les Occidentaux soutiennent les Ukrainiens. Ils voient en direct les villes dévastées ; ils imaginent la longue attente, si insupportable, entre le moment où la radio annonce que les troupes russes se concentrent dans l’Est et le moment où les bombardements recommencent sur Mariopol. Ce nom, qui était inconnu, est devenu le symbole des villes martyres… Le soutien est cependant un peu limité par le risque de se retrouver en guerre, et la solidarité économique marque le pas devant la hausse assurée des factures d’énergie et de nourriture… La relative inefficacité de la riposte rend d’autant plus acharnée chez certains la tentation du boycottage culturel. Les propositions de  proscription à l’encontre des peintres, des musiciens, des écrivains russes se sont multipliées –  jusqu’à l’absurde.

Qui boycotter ?

Dès le 10 mars 2022, l’Orchestre philharmonique de Cardiff avait  annulé un programme consacré à Tchaïkovski, le jugeant « inapproprié pour le moment ». Le 11 mars, 24 heures avant son concert, le pianiste Alexander Malofeev a appris qu’il était indésirable aux yeux de l’Orchestre symphonique de Montréal, alors que « son compte Instagram indiquait clairement qu’il s’opposait à la guerre ».

Les plus fous s’attaquent aux grands écrivains, y compris ceux qui sont morts depuis longtemps. Le professeur Paolo Nori a dénoncé le 1er mars, l’université Milano Bicocca qui voulait reporter quatre cours sur Dostoïevski ; d’autant plus absurde que Dostoïevski a été condamné à mort puis gracié et déporté en Sibérie pour avoir fait partie d’un cercle qui critiquait l’absolutisme tsariste. L’université a cependant renoncé à cette décision.

La Maison de la Culture de Russie, située dans le 16ème arrondissement Paris, a été visée par le jet d’un cocktail Molotov. Je n’aimerais pas être un Russe dans les pays occidentaux, trop souvent traité en paria, alors qu’il a peut-être fui son pays pour ne pas soutenir un régime de terreur.

Heureusement, la majorité refuse d’emboiter le pas et la ministre Roseline Bachelot a rappelé le 10 mars qu’on ne peut demander à tous les Russes d’être héroïques. De fait, Poutine a fait voter une loi punissant de prison (jusqu’à 15 ans) les « auteurs de fausses informations ». Et pourtant, il y a des Russes qui bravent les interdictions , risquant leur carrière et leur sécurité. Dès le 24 février, premier jour de la guerre, près de 11 000 personnes ont été arrêtées pour avoir pris part à des manifestations. (Ceux qui pensent que c’est peu peuvent se demander combien de Français ont rejoint la résistance en 1940 une fois effondrées les institutions).

Le rappeur Oxxxymiron, a osé écrire sur son compte Instagram : Cette guerre est une catastrophe et un crime, « Vous avez beau essayer d’expliquer que ce n’est pas une agression mais une défense, ce n’est pas l’Ukraine qui a envahi le territoire russe. C’est la Russie qui bombarde un état souverain en ce moment même » Elena Kovalskaya, la directrice du théâtre d’État et du centre culturel Vsevolod Meyerhold de Moscou, a donné sa démission en annonçant qu’il lui était « impossible de travailler pour un meurtrier et de toucher un salaire de lui ». Le metteur en scène Lev Dodine, directeur d’un grand Théâtre de Saint-Pétersbourg, a écrit :

J’ai 77 ans et j’ai perdu au cours de ma vie beaucoup de gens que j’aimais. Aujourd’hui, alors qu’au-dessus de nos têtes, à la place des colombes de la paix, volent les missiles de la haine et de la mort, je ne peux dire qu’une chose : arrêtez ! 

Même la peinture est visée par les nouveaux épurateurs. Il se trouve des militants de la plume pour vouloir garder les tableaux prêtés à la fondation Vuitton. Une lettre de lecteur qui signe Yves Michaud (j’imagine que c’est un pseudonyme) propose de garder les œuvres de la collection Morozov :

yves michaud27/02/2022 – 20H14 : « Une idée simple, très poutinienne: on ferme l’exposition – pour des raisons on ne peut plus crédibles de sécurité – et on attend de voir. On peut même garder les oeuvres. Ou les rendre dans cinquante ans ou cent. »

Nous sommes allés revoir les tableaux, juste avant la fermeture.

Les Morozov, une famille de collectionneurs

Les hommes de la famille Morozov (le nom signifie gel en russe) viennent d’une famille de serfs qui s’est enrichie dans le commerce textile. Est-ce la foi religieuse qui explique leur philanthropie, ou bien la culpabilité de ceux qui se souviennent de leur origine, le grand-père n’ayant racheté leur liberté qu’en 1821 ? Quoi qu’il en soit, en 1910, avant la révolution,  l’essentiel des peintures et sculptures de Mikhaïl avait été transmis par sa veuve à la galerie Tretiakov afin que les Russes en profitent et se forment à l’art moderne. Les Morozov aimaient aussi partager leur collection avec des amateurs. Du vivant de Mikhaïl, qui s’était lui-même essayé au théâtre et à la musique, la maison regorgeait de peintres enthousiastes venus admirer les toiles françaises qui réinventaient la peinture

Mikhail (1870-1903) et Ivan Morozov (1871-1921) fascinent par la hardiesse et la sûreté de leurs choix. Alors que la critique française accablait les impressionnistes, les fauves, les cubistes… ces Moscovites venus de loin les achètent sans hésiter. Le cadet, Ivan, qui survit à son frère, accompagne l’histoire de l’art moderne jusqu’aux Deux Saltimbanques de Picasso, aux Matisse bleus du Maroc, aux débuts de l’abstraction.

Une famille dont l’histoire est aussi extraordinaire justifie les portraits familiaux assez académiques de la première salle, d’ailleurs souvent très réussis.

Sérov. Mikka Morozov

Des impressionnistes français et des paysagistes russes

La salle suivante poursuit dans le genre des portraits. Ce sont les impressionnistes français qui sont à l’honneur. Renoir y figure avec des portraits de l’actrice Jeanne Samary. Le visage est plus piquant que ne le sont la plupart de ses représentations féminines qui exaltent surtout la peau et le vêtement des modèles.

Renoir. Portrait de Jeanne Samary

Les frères Morozov ont aimé les paysages. Ils ont acheté des œuvres exemplaires (typiques) de Corot, Monet, Sisley, Pissarro, souvent dans ce qu’elles avaient de plus radical, une meule de foin, du brouillard qui empêche de voir ! Je suis  pourtant un peu déçue par ces Monet que j’attendais et je leur préfère un champ de coquelicots 

Monet. Un champ de coquelicots

ou des marines de peintres moins connus comme Louis Valtat :

Louis Valtat. La Falaise violette

Le dialogue des peintres français et russes mis en scène par la commissaire de l’exposition est passionnant. La peinture de plein air inspire Vroubel et Valentin Serov (dont j’avais beaucoup aimé La Jeune fille aux pêches à Moscou) et qui s’essaie à une toile aquatique. Dans l’eau sombre, au milieu des herbes flottantes, on devine le visage mangé par les ombres vertes d’une sirène :

Valentin Serov. La Sirène

Vroubel a osé peindre ses Lilas comme une masse violette d’où émerge un visage sombre, Le buisson entoure, absorbe presque une dame blanche esquissée sur un banc, que ses habits, ses traits fantomatiques, apparentent à la lune.

Mikhaïl Vroubel. Lilas

La révolution venue de Paris est d’abord une affaire de cadrage. Les hommes occupent une place réduite au minimum au sein de la nature.

La grande Natalia Gontcharova, très connue de son vivant, un peu reléguée après sa mort, m’ébahit toujours par son talent. Elle fait chanter les couleurs comme tous les grands peintres de l’exposition et elle doit peut-être à l’art populaire sa façon de silhouetter arbres et personnages.

Natalia Gontcharova. Vergers en automne

Plus loin, il y aura les décors nabis, peints par Bonnard et l’étonnant cycle d’Eros et Psyché – trop rose, tout en aplats – de Maurice Denis pour le salon de musique de Mikhaïl Morozov.

Bonnard. L’Eté en Normandie

Gauguin,  Cézanne, Matisse, Van Gogh

Les clous de l’exposition, les salles où tout le monde se précipite sont consacrées à Gauguin, à Cézanne, à Matisse, à une inoubliable marine de Van Gogh qui aimante mes regards.

Van Gogh, La Mer aux Saintes-Maries

A vrai dire, le Gauguin qui fait dialoguer les religions me plaît moins que le Gauguin du paysage à l’arbre jaune, précédé d’un grand espace vide de couleur ocre.

Paul Gauguin. L’Arbre jaune

Son Eve océanienne a heureusement échappé aux militantes de Me too. Quelle qu’ait été la vie de Gauguin, son portrait magnifie l’adolescente dont le corps, sculptural et sensuel à la fois, évoque un bonheur d’avant la faute.

Paul Gauguin. La Femme au fruit

Cézanne est là avec sa Sainte Victoire et son grand pin… Jusqu’à cette exposition, je regardais moins les natures mortes. Celles-ci, somptueuses, mettent en œuvre la même simplification des formes, les mêmes jeux entre des sphères et des angles aigus, le même contraste entre des blocs crayeux cernés de noir et des boules de lumière :

Paul Cézanne. Un torchon devient un chaos minéral

Le dispositif de l’exposition voulu par la commissaire Anne Baldassari confronte là encore  Cézanne et sa réinterprétation par Machkov, plus violente et plus « naïve », couronne de prunes et de pèches entourant une orange :

Ilia Matchkov. Le leçon russe de Cézanne

Ivan Morozov entre en contact avec Matisse grâce à Chtchoukine. Il aime tout de suite son art qui doit tant à Cézanne. Deux ans plus tard, Matisse lui vend son Triptyque marocain, d’un bleu à défier le ciel et la mer

Henri Matisse. La Porte de la Casbah
Zohra sur la terrasse

Les commissaires ont choisi pour terminer le parcours la Ronde des prisonniers, tableau que Van Gogh a peint d’après un dessin de Gustave Doré alors qu’il s’était réfugié à l’asile psychiatrique de Saint Rémy. Des prisonniers voûtés tournent entre des murs jaunes ; un homme au centre nous regarde, qui est peut-être Van Gogh. Ce n’est peut-être pas le tableau le plus radical de l’exposition, mais il parle à notre angoisse.

++++

Je me disais que je n’irai sans doute plus à Moscou et que je ne reverrai jamais ces œuvres. Le sens même de l’exposition des Morozov, c’était le dialogue fécond entre deux traditions, la démonstration de l’absurdité du séparatisme culturel. Poutine a interrompu d’un coup les échanges, renfermant son peuple dans le monde clos de l’identité slave. Pour combien de temps ?

Connaissance des Arts Icônes de l’art moderne, la collection Morozov. Hors Série

https://www.lemonde.fr/culture/article/2021/09/21/exposition-morozov-a-la-fondation-vuitton-un-extraordinaire-inventaire_6095493_3246.html#:~:text=de%20paysages%20et,fit%20%C3%A0%20Londres.

https://www.tf1info.fr/culture/qui-est-oxxxymiron-la-superstar-du-rap-russe-qui-s-oppose-a-la-guerre-en-ukraine-2211886.html

https://www.humanite.fr/monde/russie/la-femme-du-jour-elena-kovalskaya-739974

https://www.liberation.fr/idees-et-debats/lettre-ouverte-de-lev-dodine-a-vladimir-poutine-20220302_7KL4HOZXNVE2HGEY4RNCL4C75E/

6 réflexions sur “L’exposition russe de Vuitton

  1. Quel bel article illustré avec les chefs d œuvre que je ne me lasse pas d admirer. Cet exposition Morozov est vraiment l événement de la saison.
    En effet tout boycott culturel est d une stupidité sans nom. Au contraire il faudrait maintenir des liens avec des artistes russes qui pourraient contrer la propagande.

    J’aime

  2. Comme d’habitude, une etude en profondeur et personelle de cette exposition.
    Nous avons choisi le pire jour du printemps pour la visiter! Mouilles de pluie et de neige, le pieds glaces
    .Chanceuse d’etre a Paris, et d’avoir pu y retourner a volonte. Apres trois heures, nous sommes sortis pousses par l’horaire de retour.. En restant un peu sur notre faim, d’avoir envie d’aller revoir les barques de Van Gogh, le Munch, les Bonnard de l’arriere pays cannois, et le petit garcon en bleu de Renoir et..et..

    J’aime

  3. Étonnante l’audace visionnaire de ces collectionneurs russes qui ont fait le choix de la peinture d’avant garde à une époque où elle était encore marginalisée.
    Je me plais à imaginer que c’est pour éclairer sa grande demeure à Moscou qu’ Ivan Morozov a commandé ces deux merveilleux triptyques, le Maroc à Matisse et la Méditerranée à Bonnard.
    Mais mon préféré reste un tableau de Cezanne , le Paysage bleu qui condense toute l’incandescence de la lumière méditerranéenne .

    J’aime

    • Nous sommes allés deux fois voir l’exposition Morozov et chaque visite a été différente. J’aime énormément les Sainte Victoire de Cézanne. Je crois que j’ai déjà vue celle de Vuitton prêtée au Musée Granet d’Aix-en-Provence en 1990. Elle est peinte depuis la route du Tholonet où nous nous promenions souvent. C’est pourquoi j’ai regardé davantage les natures mortes, fascinée parce que je retrouvais dans la représentation d’un torchon la même recherche de formes solides qui stabilisent notre perception du monde…

      J’aime

      • Il y a quelque chose de plus dans ce tableau à la limite de l’abstraction.
        Une sorte de transmutation des touches colorées en vibrations lumineuses.
        Comme une sorte de porosité de la couleur à la différence du caractère minéral qu’elle peut avoir chez Matisse.
        Mais tout cela est sans doute bien subjectif…
        C’est aussi cette diversité des regards qui fait la richesse de la peinture.

        J’aime

      • par le jeu des commentaires, la liste des « indispensables » de la collection Morozov s’est allongée. Je n’ai rendu justice ni à Münch, ni au triptyque de Bonnard, ni au tableau bleu si important, puisqu’on dit qu’Ivan Morozov lui avait laissé une place et qu’il a attendu la toile 6 ans sans vouloir combler le trou.

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.