Miniarttextil au Beffroi de Montrouge

Entrée libre de 12h à 19 h jusqu’au 13 mars

« Chaque année, m’a dit une amie, la ville de Montrouge s’associe à l’association italienne Arte&Arte  pour présenter des œuvres textiles. Allez-y sans faute. »

Un peu méfiante, je craignais d’aller voir au fond d’une banlieue perdue ce qu’on appelait jadis des ouvrages de dames. J’avais le souvenir des alphabets aux points de croix que l’on faisait faire aux petites filles, des napperons décoratifs, des chemises de bébés brodées, ces loisirs qu’on avait trouvés pour que les filles restent sages à la maison, tout en occupant leurs mains… Une fois de plus, j’étais sotte. Il n’y a plus ni d’Arachné, ni de Pénélope, ou plutôt les Arachné revendiquent à présent un génie égal à celui des dieux sans avoir à payer le prix de leur orgueil. L’art textile est depuis longtemps un art à part entière qui joue avec toutes les matières, toile, filets, fils, papiers, et les villes de banlieue sont plus créatives et excitantes que bien des quartiers de Paris.

René-Antoine Houasse – Minerve et Arachne https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Ren%C3%A9-Antoine_Houasse_-Minerve_et_Arachne(Versailles).jpg

L’exposition Miniartextil est très facile d’accès depuis que la ligne 4 marque l’arrêt à Montrouge et Le Beffroi est à la sortie du métro. L’exposition présente 54 mini-créations (20*20*20 cm) et 10 œuvres monumentales en matière tissée ou faisant intervenir le fil. Comme l’exposition se termine, je me borne à quelques mots en espérant que des curieux vont se précipiter.

 A l’arrivée, on voit tout de suite Mundus patet de Guido Nosari. Le Mundus romain était une fosse circulaire destinée aux offrandes aux divinités souterraines et aux morts à qui on offrait un repas trois fois dans l’année. Des cuillères suspendues au plafond grâce à des fils de soie tournent lentement sur elles-mêmes au-dessus d’un napperon géant en crochet. C’est la vaisselle des morts.

Mundus Patet. Guido Nosari

Tout près ombres et lumières se battent dans la grotte de papier inventée par Andrea Glajcar.

Andrea Glajcar. (Allemagne) Terforation

Même lorsque les techniques sont apparemment celles, classiques, du patchwork les formes et les couleurs renouvellent entièrement l’effet.

Maria Luisa Sponga. Italie. Vertigine metropolitana

L’évolution des matériaux permet de détacher les petits formats des murs et d’en faire des objets plus proches de sculptures que de tentures ou de tapis. Certains sont amusants proches des jouets d’enfants, comme cette maison quadrupède, confectionnée avec du jute.

Lucie Richard-Bertrand. France. Hara House

ou cette boîte à compartiments comme si Antonio Bernardo voulait jouer à la mercière :

Antonio Bernardo. 30 MiniMiniartextil

D’autres objets exaltent les couleurs… bleu profond d’Anne Pangolin Gueno

Anne Pangolin Gueno. France. Where is my (human) mind

rouge intense de Chiaki Dosho

Chiaki Dosho. Japon. Cocoon

On voit aussi des tissages inquiétants : est-ce pour déconstruire le stéréotype d’une femme réduite à une chevelure que l’artiste présente un tissage en cheveux ?

Eleonara Monguzzi (Italie) Symbiose

ou que la Polonaise Henrika Zaremba montre une bouche béante hérissée de dents ?

Henrika Zaremba

Il reste quelques heures pour aller à Montrouge à la rencontre de ces artistes venus de partout qu’inspire le vieil art du tressage, de la tapisserie, des jeux avec le fil du temps.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.