La RATP ose le féminisme sans passer par l’écriture inclusive

Le métier de conducteur de bus, traditionnellement masculin s’est ouvert aux femmes. La RATP recrute désormais des femmes ou des hommes bien sûr quelle que soit leur origine ethnique.  C’est pourquoi une affiche du métro montre une jeune femme d’origine non-européenne, radieuse, le volant d’un bus entre les mains. Ainsi les femmes qui passent dans les couloirs ne pourront pas se dire « Ce métier n’est pas pour moi ! ». Cette opportunité d’emploi s’adresse aussi à elles : « Moi aussi je peux le faire ! ».

Le texte qui accompagne l’affiche est ainsi rédigé : « Devenez conducteur de bus ». Les néo-féministes prétendent que les femmes sont invisibilisées par le genre masculin. Les lectrices ne se sentiraient pas concernées par un tel message. Selon les militantes de l’écriture inclusive, il faudrait écrire avec un point médian quelque chose comme conduct.eur.rice afin d’abréger la lourde coordination, « Devenez conducteur ou conductrice ».

En réalité, la solution du point médian gênerait, voire empêcherait la lecture pour la plupart des passants. D’une part, le point sert habituellement à séparer les phrases. Cette habitude de lecture fondamentale, installée depuis le cours préparatoire, est perturbée par des points qui interrompent quelque chose qui n’est pas une phrase. Une autre habitude de lecture est de séparer les mots par des blancs. Or conduct.eur.rice vaut comme l’abréviation de trois mots (conducteur, ou, conductrice). Pis encore, les tronçons isolés par des points n’ont aucune fonction sémantique ; par exemple « rice » n’a aucun sens en français. Enfin, habitué à faire correspondre des lettres et des sons, un lecteur ordinaire va avoir tendance à lire « conducteurice ».

Utiliser la coordination que le lecteur est invité à rétablir produit par ailleurs un effet étrange : la présence du masculin ET du féminin donne l’impression que conducteur n’est pas tout à fait le même métier que conductrice. Soit on devient conducteur, soit on devient conductrice, comme s’il s’agissait d’activités distinctes. Des années de luttes féministes pour conquérir le droit d’occuper tous les postes de travail en tant qu’être humain se trouvent ainsi niées. (Bien évidemment, quand il s’agit de s’identifier on n’est pas tenu au générique et il est tout à fait banal de dire : « je suis conductrice »)

Devenez conducteur de bus (H/F)

Le concepteur de l’affiche en est sagement resté à l’orthographe reçue, considérant que dans le contexte le masculin générique était sans équivoque : conducteur englobait évidemment les femmes et les hommes. Pour les grincheux, il a ajouté H/F entre parenthèses (ce qui montre qu’il existe toute sorte de moyens discursifs de souligner des intentions, sans perturber la langue écrite).

Conclusion ? C’est en contexte qu’il faut juger du caractère équivoque ou non d’un message. Pour promouvoir l’égalité professionnelle, l’affiche clairement féministe de la Ratp n’a pas besoin d’une graphie ostentatoire.

6 réflexions sur “La RATP ose le féminisme sans passer par l’écriture inclusive

  1. Tout à fait d’accord!
    Sur la fonction, la lisibilité…
    Dans le même genre, s’il reste une seule chose de notre Président actuel, ce sera malheureusement ce « celles et ceux », « toutes et tous »… qui a contaminé toutes les couches/catégories de la population.

    J’aime

  2. C’est étrange, mais la coordination pour saluer une assemblée ne me gêne pas… Peut-être parce que de Gaulle en a été l’initiateur à un moment où l’entrée des femmes en politique était récente. Tout au plus, je t’accorde, qu’E. Macron en use de façon un peu appliquée… En tout cas, rien à voir avec la coordination dans les petites annonces, qui distingue des catégories, comme si on soulignait des particularités dans l’exercice du métier !
    J’espère que l’exercice solitaire du russe ne te pèse pas trop !

    J’aime

  3. Il faut souligner le courage de cette institution qui a su résister a la bien pensance de l’écriture inclusive.
    Les mots décomposés qui sont censés rendre visible le féminin ( et pourquoi seulement le féminin ?) dans la langue me font l’effet à la lecture de buter sur des êtres hybrides non identifiés !
    A quand le projet fou de rééducation de la pensée avec la réécriture de la langue?

    Aimé par 1 personne

    • Rien de plus fréquent que le rêve de fabriquer un homme nouveau en refaçonnant la langue. La plupart des révolutions ont essayé : le française avec le tutoiement généralisé, les appellatifs comme citoyen/citoyenne, le changement de calendrier, etc. Il n’en est pas resté grand chose !

      J’aime

  4. Par féminisme je comprends l écriture inclusive mais elle me pose problème où mettre le point? Comme ancienne enseignante elle m agacé c est déjà assez difficile d écrire sans fautes d orthographe pourquoi rajouter des difficultés ? Sans parler que c est impossible de lire à haute voix

    Aimé par 1 personne

  5. Oui. Beaucoup a été écrit contre les problèmes que soulève le point médian au nom d’intentions louables. Même ceux qui soutiennent le système font des fautes. Je me suis amusée à faire lire des textes à des adultes ordinaires : rares sont ceux qui « déplient » des abréviations comme agriculteu.ri.ce. Les gens ont tendance à lire un mot « nouveau » agrilculteurice. Bref ! difficile de faire plus malcommode

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.